Le choix de la chaussure : la première étape du trekking

Le choix de la chaussure : la première étape du trekking

La première chose à faire pour prendre la route, c’est de choisir le bon modèle de chaussures. Cela peut paraître banal, mais souvent nous ne donnons pas le bon poids à cet instrument (parce que c’est un instrument), mais il n’y a rien de plus important que la “maison” de nos pieds, qui peut souvent faire la différence entre une expérience extérieure agréable, ou un voyage fait de souffrance et de souffrance.

En recherche de comparatif sur les meilleures chaussures randonnee s ? Voir ici !

Le premier concept à introduire est que la beauté n’est pas un paramètre approprié pour guider le choix, n’oublions pas qu’il s’agit d’un “équipement technique”, ce qui intéresse non pas l’esthétique mais le confort et la performance. Autant l’apparence d’aujourd’hui domine la plupart de nos choix, autant vous vous trouverez en train de maudire la belle couleur ou la forme particulière, quand une ampoule ennuiera votre randonnée.

Il n’y a pas de meilleure chaussure que celle-ci, simplement parce que chacun d’entre nous repose sur un spécimen unique de pieds, avec des caractéristiques uniques, qui verraient dans une chaussure faite sur mesure la meilleure solution. Mais, les coûts de ces objets, il vaut mieux les laisser à ceux qui, de par leur profession, doivent marcher des centaines de kilomètres chaque année.

Nous effaçons immédiatement l’horizon des doutes, vous ne pouvez pas choisir à la table en regardant simplement l’image d’une chaussure, mais vous avez besoin d’aller dans un magasin technique et essayer différentes chaussures, pour identifier celle qui correspond le mieux aux formes de nos pieds, vous avez besoin de les sentir sur la peau qui nous convient.

À ce stade, il est important de garder à l’esprit certaines règles importantes, surtout pour ceux qui pensent marcher plusieurs fois par an. En principe, chaque randonneur régulier doit avoir au moins deux paires de chaussures dans son équipement :

  • Plus lourde, plus rigide, avec un bon bandage à la cheville, avec une excellente isolation thermique, adaptée aux climats humides et froids, aux randonnées hivernales dans la neige et, peut-être, à l’utilisation de crampons et raquettes à neige.
  • Une autre adaptée à la randonnée sous des climats chauds, très respirante et légère, qui assure une excellente mobilité et liberté de mouvement, grâce à une structure inférieure, à condition que la semelle soit toujours capable de résister à l’impact des sols rocheux et durs.