Mode et société contemporaine

Mode et société contemporaine

Les premières années du siècle : l’abolition du buste
Jusqu’en 1910, la mode était encore une continuation du siècle précédent. Ce n’est que vers la fin de la première décennie que les premiers changements majeurs ont été observés, qui ont ensuite été accélérés par le déclenchement de la guerre. Les grands couturiers français, comme Jacques Doucet (1853-1929), Paul Poiret (1879-1944) et Jeanne Paquin (1856-1936), ont redéfini la silhouette féminine du XIXe siècle et sa forme typique, imposée par le buste et la crinoline. Avec l’abolition du buste proposée par Paul Poiret, le premier soutien-gorge (1915), composé de deux mouchoirs en tissu et d’un ruban, de l’Américaine Mary Phelps-Jacob, apparaît également. Poiret n’élimine pas le buste pour des raisons d’hygiène et de santé, bien que ce dernier, porté par le mouvement pour l’habillement rationnel et les suffragettes depuis le siècle précédent, ait peut-être participé à l’épreuve. Poiret suit un parcours stylistique et esthétique qui, tout en libérant son buste des attelles rétrécissantes, “imprime”, par exemple, les jambes en jupes étroites et longues qui empêchent presque de marcher.

Poiret représente aussi le début de l’ère de la mode en tant qu’industrie : elle lance un parfum, Rosina, et fonde en 1911 une entreprise de parfums, transforme les présentations de mode en événements sociaux et promeut une association pour la protection de l’art et la couture contre les imitations et copies. Mais la figure avec laquelle Poiret est entré dans l’histoire est l’inspiration orientale de ses créations, qui caractérise aussi l’art et la culture de toute cette période (pensez aux Ballets Russes apportés à Paris par Diaghilev).

Dans les endroits chics, comme les courses de chevaux, les dames montrent leurs plus beaux vêtements et les photographes filment déjà leurs premiers reportages de mode qu’ils essaient ensuite de vendre aux magazines. Avec la Première Guerre mondiale (1915-1918), les femmes, engagées dans diverses activités concrètes, avaient besoin de vêtements plus confortables, courts et pratiques, dont les suggestions venaient généralement des États-Unis. Le costume (le premier date de 1885, dessiné par le tailleur anglais John Redfern) commença lui aussi à se faire un nom, devenant une pièce fondamentale de la garde-robe féminine du XXe siècle.

Pour les hommes, les changements ont été mineurs, la veste est devenue un peu plus large et plus confortable et l’ourlet du pantalon un peu plus serré, pour permettre plus de liberté de mouvement.

Les nouvelles formes et les années folles
Entre 1920 et 1929, année de la crise économique et de la chute de la Bourse de New York, il y a eu, comme nous l’avons dit, une orientation vers la jeunesse, caractérisée par un désir généralisé de transgression et de légèreté. Une nouvelle joie de vivre s’exprime dans les styles de vie, la culture et la musique, le jazz et le charlestone. Les coiffures féminines sont courtes, masculines – ou garçonne -, seins plats et taille basse, la silhouette rapide et dynamique, le maquillage marqué, la cigarette fumée avec un long filtre. Ce sont les années de Kiki de Montparnasse, Louise Brooks et Josephine Baker. Un nouveau terme est également apparu dans la garde-robe féminine – la lingerie – pour désigner les costumes de sous-vêtements, crêpes de chine, tricots de soie et mousseline qui sont nés de l’abolition du buste.

La haute couture s’inspire des longues vacances des femmes, des vacances, et la mer est considérée comme un maillot de bain nouveau et plus petit pour les hommes et les femmes.

Les couturiers des années 1920-1930, âge d’or de la haute couture, sont Jean Patou (1887-1936), Edward Molyneux (1891-1974) et Lucien Lelong (1891-1974). Mais les couturiers féminins, tels que Coco Chanel et Madeleine Vionnet, ont été particulièrement influents à cette époque. Coco Chanel, qui ouvre sa première boutique à Paris dès 1910, devient la référence la plus importante du nouveau style dans les années 1920 et 1930. Chanel affirme la simplicité du chic féminin, qui ne peut ignorer la liberté de mouvement. Ses inventions, les vêtements dérivés de l’habillement masculin, tels que l’utilisation du jersey, auparavant limitée aux sous-vêtements masculins, pantalons de plage, couleurs unies et neutres – blanc bleu beige et noir – bijoux, parfums synthétiques, de transformer complètement le goût du temps. Son style est fonctionnel, anti-décoratif, essentiel, comme le nom et la forme du flacon de son parfum Chanel n.5. La petite robe noire, la petite robe noire que “Vogue” définit comme la “Ford de Chanel”, date de 1926 et devient plus tard le vêtement qui manque rarement dans la garde-robe féminine.